La communication fut coupée et Soral replongea.
Le dard d’un harpon lui écorcha la cuisse avant de se perdre dans les ténèbres : les plongeurs étaient là. Il battit désespérément des jambes pour s’éloigner vers l’amont, derrière Svéa qui s’appliquait à ne pas le distancer.
Ils obliquèrent très vite vers l’ouest pour s’engager dans un bras secondaire. La végétation était à présent plus dense et l’eau prit la teinte obscure des mangroves. Soral se dit que leurs poursuivants rateraient peut-être la bifurcation, mais il savait que les Américains étaient équipés de sonars : ils ne se laisseraient pas semer.


Ils sortirent de l’eau près de l’usine rouillée qui se dressait au-dessus de la mangrove, enserrée dans la végétation. Carla était là avec un autre Loup armé d’un stinger.


Et soudain trois Transcoms à propulsion gravitique surgirent au-dessus des arbres en crachant des missiles. Soral était en train de grimper vers la crête où les attendaient les Loups, Svéa le suivait à une dizaine de mètres. Les projectiles abordèrent le sol avec une incidence rasante, projetant autour d’eux un nuage de neige chimique. Instantanément, la végétation se racornit. Soral entendit un hurlement. Faisant volte-face, il vit les cratères noirâtres qui s’ouvraient dans le visage et le corps tendre de Svéa. Carla dévala la pente et plaqua le garçon aux jambes au moment où il s’apprêtait à revenir en arrière. A la surface du fleuve, le sodium répandu brûlait.

"Les clans du Delta" (extrait). Copyright éditions Rivière Blanche (2014). 

Copyright Claire et Robert Belmas

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now